mercredi 30 décembre 2009

Les couleurs de l'amour à Paris.


Vu sur le net, une petite pub sur un coté de la page. Le genre de pub qui rend l'affichage de la page web aussi facile qu'une croisière au Cap Horn alors que vous remplacez Ben Hur parti en RTT.
On y voit une tour Eiffel avec un chatoyant dégradé qui représente la décomposition de la lumière à travers un prisme, bref on se tape la Dame de fer en arc en ciel.
En haut on peut lire "La femme de mes rêves est:" et c'est en regardant plus bas que l'on peut voir des flèches posées, avec régularité, à coté du monument parisien. je tiens à préciser que le texte inséré dans ces flèches possède la couleur correspondante à sa zone ( il en faut des études pour être info-graphistes, sic!). En partant du sommet on peut donc lire:
- Déterminée et passionnée (rouge)
- Généreuse et romantique (jaune)
- Sincère et fidèle (Bleu)
- Chaleureuse et posée (violacée)
Et bien, et bien! Voila qui est joli!
Bon je ne dirai rien sur le fait que ce truc est entièrement réservé aux hommes (ou aux femmes qui aiment les femmes) et encore sur le fait que la tour Eiffel possède une légère forme phallique et, qui plus est, que la femme "déterminée et passionnée"se trouve au sommet avec sa belle coloration rouge vif...
D'ailleurs résumons les femmes de ce site et leurs couleurs: celle au bout du phallus de fer est rouge comme la passion (normal elle est "passionnée) ou bien comme une irritation suite à une activité sexuelle trop soutenue.
La généreuse a beau être "romantique" sa couleur est le jaune. En langage des fleurs cela prouve bien qu'elle est "généreuse"...
La "sincère et fidèle" est plutôt fleur bleue et se confondra avec le papier peint de la chambre de votre premier fils, car oui, monsieur voulait un fils!
Enfin la "chaleureuse et posée" est violacée comme les veines d'une vieille dame, qui d'ailleurs sent bon la violette et vous rappelle votre mamie qui tricotait au coin du feux, un chat ronronnant entre elle et l'accoudoir du fauteuil où était posé son tilleul.
Bref un petit article haut en couleur sur une nouvelle facette idiote d'internet (pléonasme) qui en plus de racoler, comme 90% de son contenu, fait preuve d'une grande goujaterie et d'un mauvais goût certain.

lundi 28 décembre 2009

Hamelin


Que y'a t-il de plus répugnant que la télévision? Difficile question.
Elle nous vomit de la publicité toute la journée. Publicité, ou comment essayer de créer un besoin là où il n'y en a pas; de base la publicité glorifie un produit, qui pourtant avait déjà était présenté comme l'ultime top du possible quelques mois avant.
Mais surtout la télé se fout ouvertement de nous avec des jeux idiots, des talk shows qui ne comportent aucun intérêt, des présentateurs tout aussi idiots et sans intéret.
On nous passe toujours les mêmes séries et films, et il faut le dire depuis internet on n'attend plus avec impatience la énième diffusion de Fantomas contre Scotland Guard.
Les reportages diffusés sont toujours du pire voyeurisme et ne renient pas leur parenté avec les torchons à sensations qui écument trotoirs et caniveaux depuis l'ère victorienne.
Les jeux se battent pour être au top de l'idiotie, et leurs champions font des pieds et des mains. On se souvient notamment d'Arthur et ses boites à la con.
Et il y en a du saltimbanques qui font tout pour vous dégoûter de la télé. Lagaf n'est plus là (c'est déjà ça) mais il reste Artur, Cauet, Dechavane, Drucker etc. Ces présentateurs qui font rimer télé avec vulgarité. D'ailleurs le plus faux-cul n'y est plus mais continue à sévir à la radio, j'ai nommé Morandini: l'homme qui a porté à l'écran la pire émission ayant existé (Tout est possible) et qui maintenant se permet de critiquer les autres en se faisant chantre du bon goût.
Bref la télé se complaît, et se qui s'en abreuve aussi, dans une gigantesque partouze de mauvais goût, de fausse pudibonderie et d'onanisme excessif, le tout dominé par une forte odeur de décomposition.
D'ailleurs finissons par cet extrait de Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil qui montre bien comment la télé est devenue ce qu'il se fait de plus vulgaire.
Jean Yanne que tout le monde connaît mais comme il y a toujours deux, trois brebis bêleuses voici le lien:
http://www.youtube.com/watch?v=12cBaujFBCM

vendredi 18 décembre 2009

Le pont des arts


Qu'est-ce que la littérature?
Je ne répondrai pas à cette question par une étude argumentée et objective, cela est trop vaste et puis surtout comme tout ce qui concerne l'art et la création en général tout n'est qu'affaire de goût.
Mais la réponse vient d'être dite: c'est la création. Alors rejoignons l'archange de l'art: Oscar Wilde. Si il y a bien un auteur qu'il détestait c'était bien Zola. Pour lui, le naturalisme n'est qu'une supercherie, car il se réclame miroir de la société mais il ne peut l'être puisque par essence ce sera une oeuvre de fiction. Alors que reste-il: les héros "de M. Zola sont bien pires encore. Parées de vices affligeants et de plus affligeantes vertus, leurs existences sont parfaitement dépourvues d'intérêt, et personne ne se soucie de ce qu'il adviendra d'eux" (O. Wilde; Le déclin du mensonge).
Bon bien sur M. Zola a un style littéraire qui n'appartient qu'à lui (et c'est bien pour ça que je change de gondole quand je le croise) donc il appartient bien à la littérature mais il représente une déviance de celle-ci.
L'art est une représentation biaisée de la vie; elle est un rêve, un phantasme de la vie.
Pour la naturalisme, le gros problème est qu'il se réclame de la réalité, et surtout qu'il clame, à qui veut l'entendre, qu'il ne change rien. Mais tout cela est faux! Et puis le réalisme se complaît à se rouler dans les bas-fonds, l'alcoolisme et la pauvreté. Il n'y a que ça, et avec sa doctrine basée sur le positivisme on finit par stigmatiser la société: chez Zola les nécessiteux sont alcooliques,violents, consanguins (et beauceron!) etc. D'ailleurs que connaissaient ses auteurs de cette société? Ils étaient issus de bonnes familles et vivaient une vie bourgeoise (par exemple dans Zola par Manet dans lequel on peut voir son cabinet garni d'estampe japonaise), et l'observation socio-anthropologique n'était pas encore au goût du jour.
Finissons par deux observations: Nietzsche: "Zola, ou la joie de puer".
Kafka pour qui la littérature devait venir du plus profond de soi. Elle devait être accouchée dans la douleur.
Et enfin pour Wilde "le roman n'est pas une oeuvre d'art " et une oeuvre d'art ça se travaille, ce n'est pas un article de blog que l'on balance à la va-vite.

jeudi 17 décembre 2009

Sous les pixels, la plage!


Et voici le buzz net de ce dernier mois: les sites http://www.droite-rencontre.com/ et http://www.gauche-rencontre.com/. De merveilleux sites de rencontre pour personnes du même bord politique.
Vous me direz: "Et bien pourquoi pas!", je vous répondrai: "Bien sur, pourquoi pas"; vous ajouterez: "Alors quel est le problème?" et là je monterai sur ma chaire et vous dirai:
"Regardez les homepages de ces deux sites; n'y voyez-vous pas quelque chose de louche? Ne croyez-vous pas que l'on cherche encore une fois à exacerber vos sens une fois de plus?"
Commençons par la homepage du site de droite:
Ce qui saute aux yeux c'est, tout d'abord, le gros décolleté de la fille. (Je précise que les pages de droite et de gauche sont sur le même schéma: une fille+ un mec et qui ont tous la vingtaine; fond bleu pour la droite et fond rouge pour la gauche). Il faut dire que oui, la photo a dû être prise en été pendant la canicule car elle a laissé de la place pour qu'un courant d'air puisse rafraîchir un peu ses glandes mammaires. Ses yeux bleus et sa blonde chevelure sont photoshopement bien mis en valeur (je ne ferai aucune allusion à une douloureuse partie de l'histoire ou bien au cliché de la bourgeoisie) Chevelure au vent et nibards sur la table, on sent la femme qui n'a peur de rien pour réussir, ou bien qui s'affirme et domine son entourage.
A coté le jeune homme: il doit s'appeler François-xavier dans sa petite chemise blanche et sa veste imitation quelque chose (d'ailleurs François-xavier n'a aucun goût car elle est vraiment moche); François-xavier fait bien fils à papa et/ou étudiants à Assas ou bien en école de commerce. Bref, l'image du petit con de bonne famille, celui qui te pique ta gonzesse, te crache dessus et la jette comme une merde avant de la faire partouzer avec ses amis du GUD.
Voyons maintenant à gauche: au premier plan une charmante demoiselle brune, aux yeux verts photoshop, à l'air tout naturel et simple dans son petit T-shirt blanc. La fille décontractée qui brille par sa simplicité et surement par ses connaissances universitaires.
Par contre ça se gâte avec le mec de gauche: bouche de travers, yeux mi-clos, on dirait Fu-Manchu qui serait en train de manger une huître pas fraîche. Il porte une mouche ridicule sous son rictus idiot et surtout une coupe de cheveux qui allie à la perfection le coté Rome antique (pour la coupe) au coté raver des années 90 (pour sa coloration ratée blondasse). Bref, le pauvre gars a vraiment l'air louche; il passerait pour le loser de la classe: celui qui n'a jamais bien réussi ses études, jamais eu de la chance avec les filles et surtout celui dont personne ne se rapelle le nom, ni la trogne d'ailleurs. Et tout comme François-xavier, Paulo (si il ne s'appelle pas Paulo il s'appelle Kevin) ne sait pas choisir ses vestes. D'ailleurs c'est simple, la sienne ressemble comme deux gouttes d'eau à celle de son homologue de droite, toujours aussi immonde mais repeinte au marqueur noir pour que cela aille avec son T-shirt coton, qui doit surement être un marcel.
Bref de biens jolis clichés pour ces deux sites qui si jamais ils ne te feront pas avancer dans ta pensée politique pourront peut être toujours te donner la syphilis.

mardi 15 décembre 2009

Emma (finale)


Voyant que le monstre dormait et connaissant bien sa maison, Emma rentra tout doucement et se glissa jusqu'au salon. Le monstre ne bougeait pas et avait la respiration lourde, Emma arriva sans problème jusqu'à la hache mais celle-ci était trop bien enfoncée dans le sol et Emma avait beau tirer de toutes ses forces elle ne bougeait pas d'un poil.
Après plusieurs tentatives, elle se rendit compte que quelque n'allait pas. Elle n'entendait plus la respiration de la bête dans le fauteuil. En levant les yeux elle vit le monstre avec ses deux yeux or qui la fixait du fauteuil avec ce grand rictus qui laissait découvert toutes ses grandes dents acérées. Elle voulut crier mais elle eut juste le temps, par réflexe, d'éviter le monstre qui sauta en une seconde en sa direction.
La créature tomba sur la hache, ce qui l'assomma quelques secondes, Emma recula vite pour s'échapper mais le monstre reprit ses esprits. Alors qu'il se relevait et se retournait pour lui sauter une nouvelle fois dessus, Emma pris d'instinct la première chose à coté d'elle qui pouvait faire barrage.
La créature sauta bien une nouvelle fois, en ouvrant grand la bûche comme pour la croquer dans son élan avec ses mâchoires de requin, il s'empala sur la broche que tenait Emma.Il s'agitait comme pour se libérer mais Emma se redressa et plaqua le monstre au sol en enfonçant de toutes ses forces la broche brûlante. Elle ne senti les brûlures qu'une fois ses mains libres et la bête morte.
Elle s'était gravement brûlée mais bizarrement elle ne sentait pas grand chose. En plongeant ses mains dans un sceau d'eau, elle leva les yeux au ciel et fixa pendant de longues minutes les premiers rayons du ciel qui venaient se déposer sur son visage.

dimanche 13 décembre 2009

Emma (3ème partie)


Une nuit passa, puis une journée entière, ce n'est que lorsque les derniers rayons de soleil commencèrent à se retirer de la grotte qu'Emma remonta avec précautions.
Il n'y avait rien à l'horizon, seuls le vent dans les branchages et quelques oiseaux étaient à signaler sous le ciel carmin.
Elle ne pleurait plus et elle s'était promis que désormais elle ne pleurera plus. Bien sur la peur la tenaillait encore et toujours, mais elle savait ce qu'elle devait faire. Elle ne voulait pas s'enfuir encore une fois et vivre dans la pauvreté, elle avait choisi d'affronter le monstre.
Sur le chemin vers sa maison, elle pensait à un moyen de se débarrasser de la bête, mais elle n'avait rien et la forêts n'offrait que de ridicules bouts de bois.
Quand elle arriva devant sa maison, la cheminée fumait et la pièce principale dispersait par les fenêtres une lumière qui venait jusqu'aux premiers arbres, derrière lesquels se trouvait Emma.
La hache de son père ne se trouvait pas sur la souche comme à son habitude; c'était le seul semblant de plan qu'Emma avait trouvé: prendre la hache et tuer le monstre.
Prenant son courage à deux mains elle s'avança à pas de loups vers la maison en prenant soin de rester dans l'ombre.
A l'intérieur le monstre semblait dormir dans le grand fauteuil du père; une broche était installée dans l'âtre de la cheminée; des habits teintés de sangs étaient dispersés par terre: il y avait pêle-mêle les vêtements de son père, de sa mère et de ses soeurs... Et un peu plus loin la hache était plantée dans le parquet.

vendredi 11 décembre 2009

Let it snow


Bientôt ça sera la bamba fiesta du Papa Noël. Tous les petits enfants seront en fête, les sapins auront de belles parures lumineuses, les gens seront torchés et crèveront d'un accident de voiture ou bien d'hypothermie sur la route de chez eux.
Bref tous ces heureux moments pour célébrer la naissance du petit Jésus, incarné par un homme barbu qui apporte des cadeaux. Mais cet homme barbu est-il digne de confiance?
Tout d'abord, les barbus ont toujours quelque chose à cacher, c'est prouvé.
Il ressemble tout de même beaucoup au clochard de votre centre commercial, celui qui sent la vinasse et vous gueule dessus dans une langue inconnue que l'on peut apprendre avec la carte des vins et les catalogues de vin de pays.
Le père Noël est gros, barbu et surtout il est habillé d'une façon atroce; on verrait quelqu'un comme lui dans la rue: soit on change de trottoir, soit on lui jette des cailloux.
A propos, son rire entre asthme et vin de table ne vous a-t'il jamais glacé le sang?
A t'il déjà répondu à vos lettres? Non. A t'il seulement, ne serait-ce qu'une fois respecté vos demandes de cadeaux? Non plus. Peut-on le voir en dehors de la période de Noël? Surement pas! Le Père Noël est donc quelqu'un sur qui on ne peut compter
Il est le symbole du capitalisme: quand on lui demande d'où viennent ses cadeaux, il répond fièrement que se sont ses elfes qui les ont fait... Ba bravo! Je suis sur que les elfes sont en voie d'extinction et en plus il les exploite sans vergogne.
D'ailleurs qui est son supérieur? Qui le surveille?
Il est quand même responsable de milliers de larmes et de pertes de repères chaque année à travers le monde. Parce que certains aiment les vieux? Non, mais bel et bien parce qu'il n'existe pas.
Mais le plus important est qu'il reste quand même un brigand: il s'introduit dans votre maison comme un voleur, si ça se trouve vos cadeaux proviennent d'autres maisons. A cause de lui vous pourriez être arrêté pour recel.
Joyeux Noël donc.

mercredi 9 décembre 2009

Bling-bling dong!


Ricard d'Utique
Après Hannibal Barca, le voici qui débarque avec ses gros sabots;
Pervers notoire et ex-notaire, voila Gégé l'huissier!
C'est l'homme qui déménage ton appartement, de ta chambre aux WC
Si tu as malheureusement oublié de payer taxes et impôts.
Son coeur est tellement froid et dur comme les pieds de tes grands-parents
Qu'une fois il a saisi sable et balançoires dans un jardin d'enfants.
En plus, pour peu qu'il ait marché sur un énorme étron
Il se fera un plaisir de s'essuyer sur la moquette de ton salon.
Contre ses abus on ne peut saisir la justice
Car, bien évidemment, il s'en est déjà chargé depuis longtemps.
Il vaut mieux éviter d'être dans ses petits papiers, même si vous êtes le médecin de service
Car ses victimes d'une journée se comptent en cahiers Super-conquérant.
Il n'apporte jamais rien aux fêtes et soirées;
Il compte ce qu'il mange et à la fin vous donne la somme en petite monnaie;
Mais là où il reste le meilleur de sa profession
C'est dans la déviance professionnelle au sein des débits de boissons:
Il saisit les verres à pleines mains avec vitesse et rigueur exceptionnelles
Et ne s'en va que lorsque qu'il a vidé toutes les bouteilles.
Et surtout ne croyez pas que la mort va vous en délivrer
Car Dieu doit surement demander de gros loyers.

Nain Vend Terre
Une photo pour la famille qui est partie,
Un lit pour les amants de minuit,
Une assiette pour les étrangers perdus,
Un verre pour les amis disparus
Et une couverture pour les chats aventureux.

Des fleurs pour les gens heureux,
Une cigarette pour les jeunes Werther,
Une larme pour les amours fanées,
Du chocolat pour l'ego blessé,
Ou bien une bouteille pour remplir les verres.

Des chats pour les poètes,
Des livres pour les analphabètes,
Des étoiles pour les enfants,
La lune pour un amant
Mais surtout laisser aux amoureux sourires et regards complices.

lundi 7 décembre 2009

Emma (2ème partie)


La lune avait beau être pleine Emma ne voyait pas où elle allait. Elle courait à perdre haleine droit devant elle. Elle ne faisait pas attention aux branches, aux buissons qui fouettaient son visage et écorchaient bras et jambes. Elle tomba à terre deux fois mais cela ne la fit que courir plus vite une fois debout. Mais lorsqu'elle tomba pour la troisième fois, elle entendit quelque chose. Elle se releva aussi vite que l'éclair et se remit à courir de suite, mais après à peine quelques mètres quelque chose lui agrippa le bras.
Ce n'est que lorsqu'elle se retourna qu'elle vit les deux yeux brillants du monstre, tels du métal en fusion. Emma n'eut pas le temps de crier ou de bouger, le monstre avait déjà découvert ses dents acérées et se jeta sur son bras. Par réflexe elle dégagea son bras mais trop tard.
La bouche du monstre s'était renfermée sur ses doigts; une gerbe de sang s'envola et une partie vint se poser sur son visage déformée par la douleur.
Emma se remit immédiatement à courir sans porter attention au monstre. Jamais elle n'avait couru aussi vite; elle courait motivée par un instinct de survie, quelque chose d'animal, une force qui avait pris le contrôle de son corps et de son esprit. Elle avait oublié que le monstre pouvait toujours être derrière elle ou qu'elle tenait tout contre elle sa main ensanglantée. Elle courait tant et si bien que le sol se déroba sous ses pieds; Emma tomba dans les ténèbres et puis plus rien.
Lorsqu'elle se réveilla, il faisait jour. Elle était tombée dans quelque chose qui ressemblait à une grotte. Elle était tombée dans une petite salle souterraine d'où semblaient partir (ou arriver) deux tunnels. Instantanément elle pensa que le monstre pouvait toujours rôder et donc se mit à l'entrée du tunnel le plus sombre. Elle essuya ses yeux remplis de larmes et de sang; aucun bruit aux alentours. Elle inspecta ensuite sa main blessée: à l'exception de son annulaire manquant elle n'avait que quelques coupures sur les doigts. Le sang avait déjà arrêté de couler, d'ailleurs elle ne ressentait aucune douleur, en fait elle ne sentait plus sa main.
Ne sachant que faire, fatiguée et désespérée Emma se mit à sangloter.
(A suivre)

samedi 5 décembre 2009

Hammerstruck!


Les grands monstres du cinéma d'horreur: Christopher Lee, Peter Cushing, Vincent Price, Boris Karloff.
Les plus grandes figures de l'histoire du cinéma fantastique. A partir de la fin des années 60 et le déclin du genre (enfin face à la nouvelle génération de films d'horreur) ils firent beaucoup d'apparitions dans des films douteux au niveau qualité. En gros ils tournèrent beaucoup de série B, mais force est de constater que leurs présences font d'une immonde bouse sur pellicule un film agréable à regarder.
Ils ont toujours envoûté l'écran, ils ont tous les quatre un charisme et un style qui marquent le cinéphile de leurs empreintes.
Lee, grand, ténébreux avec une voix venue d'outre-tombe. Price, le gentleman sarcastique au phrasé délicat. Boris Karloff au visage inquiétant. Peter Cushing le dandy anglais au faciès émacié et au sourire chaud.
Mais je ne vais pas en parler pendant des lignes comme ça, il faut les voir pour se rendre compte. Et la plupart de leurs films sont des chefs-d'oeuvre du genre, donc raison de plus de renforcer sa culture!
Salucofagos!

vendredi 4 décembre 2009

Et en chasse-neige?


Cher petit Papa Noël,
J'ai été très gentil toute l'année. J'écris un beau blog saveur WC aussi souvent que j'ai des idées de qualité et du temps (oui, j'en trouve très souvent), et ça doit être la seule vilaine chose que j'aie fait durant cette année. Ça et beaucoup de blagues douteuses; d'ailleurs je t'enverrai bientôt une très bonne blague avec une pute, un rabbin et un homosexuel dans un ascenseur, que du bonheur en perspective!
Je souhaiterais de beaux abdos tout neuf car ceux que l'on m'a donné à la naissance ne sont toujours pas arrivés et les SAV ne marche pas. Sinon un ou deux films avec Will Ferrel ou Ben Stiller dans l'année fera très bien l'affaire. Sinon tout plein de livres comme d'habitude; pas trop quand même car je n'ai toujours pas de réel chez moi avec la bibliothèque de mes rêves, mais bien sur je ne plaindrai pas si tu m'en offres des milliers.
Si tu pouvais également me proposer la formation ou boulot de mes rêves je te serai très reconnaissant et pourrai après te payer pour faire de plus beau cadeaux en cette période hivernale.
Sinon je ne te demande plus de sens de l'humour exceptionnel, un visage d'Apollon ou bien une intelligence car cela fait des années que je demande tout ça en vain.
Merci pour tout, j'espère que tout ira bien pour toi cette année

Benjamin

PS: Ne te laisse pas distraire par la beauté de la cathédrale, bien sur que c'est la plus belle d'entre toutes mais ce n'est pas une excuse pour oublier les quelques cheminées environnantes.

jeudi 3 décembre 2009

Conte: Emma (1ère partie)


Il était une fois une jeune fille, nommée Emma, qui vivait paisiblement avec sa famille dans une forêt endormie. Son père était un honnête bûcheron et elle vivait avec ses 3 soeurs et sa mère. Ces parents voyaient en leurs filles de futures dames qui partiront de la maison familiale pour la ville avec une bonne éducation et pourquoi un bon mariage. Mais Emma n'aimait pas faire de choix et surtout préférait lire et rêver plutôt que de travailler. Ces parents, qui ne voulaient pas non plus l'obliger à faire quoi que ce soit, veillaient sur elle mais ils s'inquiétaient quand même de son avenir.
Un soir d'août, Emma veilla, comme souvent, devant un livre alors qu'elle devait se lever tôt pour aider sa mère à aller faire des courses en ville.
A une heure avancée de la nuit, elle entendit d'étranges bruits provenant de l'entrée. Doucement elle se glissa à quatre pattes hors de sa chambre pour voir ce que cela pouvait être. Elle n'eut que le temps d'apercevoir à travers les barreaux de l'escalier un grand monstre aux dents et griffes acérées qui traversait le vestibule. Il ressemblait à une de ses grosses peluches mais avec un rictus diabolique et deux yeux jaunes et luisants. Elle se dépêcha de rentrer dans sa chambre tout en évitant de crier ou de faire le moins de bruit possible. A peine fut-elle revenue dans sa chambre qu'elle entendit son père courir vers le rez-de-chaussée, avant de l'entendre crier de terreur et de douleur. Ensuite elle entendit la chose monter lourdement les escaliers en grognant. Très vite, Emma entendit les cris de ses soeurs et de sa mère; malgré la peur qui la tenaillait elle couru vers sa fenêtre et sauta dans les branches du vieux peuplier. Elle se raccrocha à une de ses grosses branches puis se dirigea aussi vite qu'elle le put vers sa base, la branche étant trop haute pour se laisser tomber. Alors qu'elle descendait le tronc de l'arbre elle vit les deux yeux jaunes et luisant de la bête à sa fenêtre et qui la fixèrent quelques secondes avant de disparaître dans le noir.
Même si elle était encore à 3 mètres du sol elle se laissa tomber et couru instantanément à bride abattue à travers les bois car elle savait que le monstre allait venir la chercher.
(A suivre)

mardi 1 décembre 2009

Non mais!



A l'école des petites filles en socquettes et aux rubans de satin rose dans les cheveux, il y a plusieurs incontournables. Généralement ce sont les licornes, les chevaux et les dauphins. Ce sont ces affreux trucs qui tapissent leurs chambres, décorent leurs cahiers et trousses, ornent leurs draps, emplissent leurs rêves (en plus des princes charmants) et vous font faire des cauchemars.
Tout d'abord les licornes n'existent pas (n'hésitez pas à leur dire aussi souvent que vous le pourrez!), donc peut-on les blâmer pour avoir des rêves et de l'imagination? Surtout en gardant à l'esprit que de gros boutonneux un peu benêts, mais nettement plus âgés, font de même avec les elfes ou les dragons.
Ensuite, leur passion pour les chevaux peut les amener à pratiquer l'équitation ce qui n'est pas un mal en soi si l'on passe les odeurs et l'accoutrement un peu ridicule.
Mais pourquoi diable les dauphins? C'est moche et pour les voir faut vraiment le vouloir; à part en allant au Marineland d'Antibes et autres fêtes foraines de masse. D'ailleurs, on les dit intelligents mais quand on les voit ils sautent seulement dans des cerceaux (pour les plus doués) et se bâfrent de poissons avec un ricanement démoniaque.
Alors voici quelques bonnes raisons de frapper un dauphin si on en rencontre:
- Ils vous cassent les oreilles avec leurs ricanements et en plus si ça se trouve ils vous insultent.
- Pendez les par la queue et ils ressemblent à un punching-ball.
- Les humains s'amusent jusqu'au moment où ils atteignent l'âge adulte, alors que les dauphins jouent toute leur vie, ce n'est pas juste, faites leur payer!
- Ils pensent qu'ils sont plus rapides et intelligents en faisant la course avec votre bateau alors que vous naviguez tranquille avec votre bière et votre sandwich merguez. Dites non à la provocation!
- Ils ont l'air mignons, souriants et tout, apprenez-leur que le monde est cruel et injuste!
Et pour ceux qui peuvent être sur Paris c'est le salon de cheval dans quelques jours, Poney, licorne, dauphins: même combat!
Bonne chance et Salucofagos!

Et viva la revolucion!



"La décroissance: faire avancer la société... à reculons." Voila le bel intitulé d'une affiche pour un forum sur la crise économique tenu par un syndicat d'étudiants trotskyste de Paris VII- Charles V.
Ce slogan soulève tout de même une question: Les trotskystes ont-ils trouvé la vérité sur les effets de la crise?
Après "sous les pavés, la plage", voici un autre slogan rebelle: "la crise ne fait pas avancer la société!" En tous les cas, la société n'est plus ce qu'elle était. Depuis quand quelqu'un en pleine possession de ses facultés mentales peut venir à un forum avec un slogan aussi usité et surtout qui ridiculise ses organisateurs?
Bref cette crise, ou récession, ou bordel ou je ne sais encore quel mot, à vraiment bon dos. La TV (qui n'a de plus intéressant à dire), les politiques (idem), les employés/patrons (parce qu'il faut bien se plaindre avec une raison), les vieux (car la guerre 14 n'intéresse plus personne), les coiffeurs (car ça parle beaucoup), les commerçants (surtout ceux qui connaissent et parlent aux vieux) et les étudiants (avec la crise on leur donne une raison de ne pas avoir de sou).
Bref on peut conclure en disant que vieux et lutte ouvrière même combat, CQFD!

Vieux et vilains.


Ce que les adultes, ou jeune adultes ont l'air cons sur une trottinette ou en survêtements de sport!
La trottinette, ou patinette, est traditionnellement un accessoire pour enfants, une sorte de skate-board avant l'heure. Alors voir des adultes ça choque quelque peu; en plus à les voir se tenir tout droit dessus on dirait qu'ils ont un balai maousse-costaud dans le cul.
C'est comme un vieux qui jouerait à Guitar Hero, ou bien Sarkozy qui placerait quelqu'un déguisé en coq à coté de lui pour les célébrations du 14 Juillet.
La trottinette c'est pour les non-jeunes qui ne savent pas faire de skate, ou qui ont peur d'avoir l'air ridicule si il se mettaient à imiter de nouveau Marty McFly; alors qui faut bien le dire, ils ont l'air encore plus cons en patinette.
Et les survêtements... Le comble du mauvais goût. C'est très bien pour sortir au Balto avec ses potes et boire sa mousse mais c'est tout. Même les tenants de la culture pyjama de marques, j'ai nommé les stars du hip-hop n'osent même plus mettre cela.
Pour résumer un utilisateur vieillissant de trottinette s'appelle Jean-François et est comptable dans une société d'assurance. Il mange bio, et pense que faire de la trottinette est aussi bon pour le corps que faire du vélo. Il est aussi quelqu'un qui aime paraître encore dans le coup pour ne pas ressembler à ses parents qu'il déteste.
Celui du survêtement s'appelle Brandon, il ne fait pas grand chose de sa vie à part jouer à la Playstation et chiquer des bières avec ses potes devant son gamin qu'il a eu à 18 ans. Il a toujours porté des survêtements et ne comprend pas les gens en costumes ou qui vont chez Jules ou Celio. Entre deux boulots d'intérim, il pense quand même à s'acheter les dernières Adidas chez Footlocker qui lui donneront l'impression d'être riche et de fréquenter les grands magasins.

vendredi 27 novembre 2009

Oh yes they float!


It (Ca ou Il est revenu), un nom qui fait frémir beaucoup d'entre nous, même parmi les plus sages et braves. Stephen King n'a certes pas une écriture des plus magnifiques, mais It est un chef-d'oeuvre.
Excellent sur le plan narratif, avec l'alternance passé/présent et puis la tension pleinement maîtrisée du récit horrifique. Mais les raisons de tous les dégâts provoqués par cette oeuvre et son adaptation sont la réelle prouesse du romancier.
Ce roman est un concentré de peur: il y a la peur du noir, celle de grandir, d'être incompris des parents, la peur de la mort et d'apprendre ce qu'elle est, la peur de devoir l'affronter (car Pennywise est plus que la mort violente en elle même, il est la mort et ce qu'il y a après, il est la fin de tout: "il flottent tous dans le lueurs mortes".
Le récit pose frappe ou rappelle le lecteur sur des thèmes comme: comment grandir, l'importance du groupe dans cette période, être maltraité par les plus grands, les apparences (It est un clown, censé être l'ami des enfants), l'humour cachant les plus grandes des névroses (Ricchie, le rigolo de la bande, est celui qui a le plus peur, son humour cache tout ce qui a dessous; et Pennywise qui aime faire de l'humour n'est qu'un monstre sanguinaire et froid); l'importance des souvenirs d'enfance (le retour de Pennywise) et l'acceptation de l'autre (groupe d'amis).
Et puis en poussant un peu plus loin, on peut aussi y voir la peur morbide du cirque (les phénomènes de foire ("freaks), clowns et leur mimiques et maquillage exagérés. C'est en fait une peur de l'irrationnel et pour un enfant que y'a t'il de plus irrationnel que la mort? Par ailleurs Alice in Wonderland qui est absurde et irrationnel est vu comme morbide par beaucoup de personnes. Mais surtout les rêves sont liés aux cauchemars: qu'en on ne rêve plus, on n'a plus peur non plus et ainsi on est rentré dans le monde adulte.

Et avada kedavra pour toi l'affreux


Si il y a quelque chose d'intéressant avec la violence, surtout exploité avec force au cinéma, c'est le coté oppresseurs/opprimés! Quand des innocents se font maltraités par des vilains (genre un pauvre enfant par le caïd de l'école), l'innocent ne dit rien ou a peur face à la violence du plus fort. Mais c'est après que la véritable violence se déchaîne, toute cette frustration accumulée qui se libère d'un coup avec le bruit et la fureur.
Un peu comme l'histoire de toute les révolutions: la violence est décuplée par rapport à celle initiale qui l'a produite.
C'est un grand sujet des films d'horreurs, surtout pour des "survivals". La clé de beaucoup de films se trouvent d'ailleurs dans le châtiments infligé aux méchants.
Qui n'a jamais rêvé de se déchaîner sur celui ou celle qui lui en faisait voir de toutes les couleurs?
Ce genre d'histoire a une fonction catharsique et est essentielle à notre bien être, car au fond qu'est-ce qui nous empêcherait de flinguer tout ces cons (perso, je préfère le lance-flammes) un jour si jamais on n'a pas réalisé cette catharsis?

-Pa-rusky? -Tchou tchou!


En Inde, on ne nettoie pas les voies; il n'y a qu'à voir leurs trognes! La RATP si! et en hiver c'est la bamba fiesta du saut sans élastique sous les trains.
Donc on attend les trains dans un froid de gueux, ce qui rend l'attente beaucoup plus énervante qu'elle ne l'est déjà.
Tout comme les roux, les suicidés n'ont pas d'âme et ne peuvent donc avoir une sépulture décente, alors bon pourquoi donc ramasser leurs petits morceaux à chaque fois...
Bon bien sur, ça fait plus propre mais quand on voit les belles stations RER et les belles voies et décors qui vont autour on est à la limite de déclarer que cela met un peu de couleur.
N'y a-t'il qu'en Beauce où l'on respecte l'autre en se pendant dans les granges?
Amis dépressifs, si vous voulez en finir tout en faisant chier un maximum de monde allez donc à la Fnac ou je ne sais où le samedi après-midi!

jeudi 26 novembre 2009

The Temple of Doom


"If adventure has a name... it must be Indiana Jones". Une belle phrase issue de l'affiche de Indiana Jones et le temple maudit ("Indiana Jones and the Temple of Doom" en vo). Indiana Jones, c'était le bon temps... Un bel hommage aux pulps et serials des années 30 et 40, avec peu d'effets numériques et donc un coté pellicule à l'ancienne sans pour autant verser dans le carton-pâte. Des histoires pleines d'aventures, mêlant exotisme, action et mythologie et qui s'offraient le luxe d'être crédible.
Mais comme je l'ai dit c'était le bon temps. Car un malheur est survenu, quelque chose qui n'aurait jamais dû arriver: Indiana Jones 4.
Ce film a violé mes yeux et mon âme d'enfant; tout comme la vision de Trey Parker et Mat Stone dans South Park où Lucas et Spielberg viole allégrement et à plusieurs reprises Indiana Jones.
L'histoire est navrante (si, si on peut le dire.): au début on ne sait pas vraiment pourquoi il se lance dans l'aventure, ensuite il part chercher le crâne de cristal qui a moins de gueule que le graal (en plus c'est assez geek). Son fils est un faux blouson noir aussi crédible que son acteur connu pour ses oeuvres de composition. La promesse de la vie éternelle du troisième opus est bafoué car papa Jones est mort. Les communistes font aussi peurs que Arlette Laguiller .
Mais quand on met de coté son scénario digne de Transformers II et ses mauvais acteurs (même Harrison Ford cabotine en mode papy Jones) voici la honte ultime du Dr. Jones:
Georges Lucas a oublié que ce n'était pas Star Wars et donc les deux acolytes ont badigeonné le film de Photoshop immonde (oui, car en plus c'est mal fait!). On en trouve même dans une scène se passant dans une église (enfin dans un lieu où on peut se passer d'effets spéciaux)
La fin est du grand n'importe quoi. Déjà niveau exotisme le Pérou et l'Amérique du Sud sans guérilla ou narco-traffiquants c'est beaucoup moins drôle mais surtout la fin est la chose de plus honteuse jamais fait dans une saga (avec Jar Jar Binks de Star Wars ep.1).
Spoiler (en même c'est tellement nul...)
Hou, la fin nous offre pleins d'extra-terrestres très mal fait! A la limite si ils avaient été simplement évoqués et non pas montré cela aurait pu passer; mais il faut bien avouer que des extra-terrestres dans Indiana Jones, ça fait foutage de gueule. Et pourquoi pas des Elfes?!
Bref, Indiana Jones 4 est une honte suprême qu'il vaut mieux oublier au plus vite, car oui il faut le voir pour se rendre compte que les aventures du Dr. Jones sont finies et que cela reste une trilogie!

mercredi 25 novembre 2009

Try this at home.




Je me suis rendu compte que peu de gens connaissent le monde de Terry Pratchett, j'ai nommé le Disque-monde ("Discworld" en vo).
Alors voici une petite présentation, histoire de.
Le monde du Discworld, c'est les mondes imaginaires (mythologiques, Tolkien, etc. ) et du notre en un seul. Un seul monde en forme de disque, posé sur quatre éléphants, eux-mêmes installés sur une tortue géante. Ce monde est surtout orienté heroic-fantasy,on y trouve des mages incompétents, des vampires, des elfes sournois, des petites sorcières etc.
Tous les aspects de notre société et culture sont étudiés sous la loupe parodique de Pratchett.
Ainsi un volume est dédié au cinéma, un autre au rock, ou encore à la bank et au football.
La géographie du Disque-monde est également intéressante; on y trouve des contrées qui ressemblent étrangement à une Europe médiévale, l'Australie, une Asie, un Moyen Orient, une Olympe, une Transylvanie (cette dernière après la chute de son empire suscite l'intérêt des autres nations, tout comme l'histoire récente de l'Europe de l'Est).
Les personnages sont tous aussi loufoques les uns que les autres: la mort à un charmant petit manoir, parle toujours COMME ÇA, et est accompagnée de la mort aux rats (une faucheuse avec un squelette de rat).
Il est assez ardu d'expliquer le Discworld car il n'y a pas un seul héros mais plusieurs et ainsi les livres peuvent se lire indépendamment de l'ordre chronologique. Enfin il existe toutefois un ordre suivant les héros. Par exemple: il y a la saga de Rincewind le mage, de la Mort, ou bien encore de Tiffany Aching.
Bon je ne sais si cette petite présentation vous a donné envie de rentrer dans le monde du Disque-monde (pardon pour les noms des fois anglais, des fois français mais je les lisant en anglais cela devient un peu brouillon dans ma petite tête saveur eucalyptus) mais sachez qu'en 26 ans de Discworld il y a presque quarante livres à ce jour, plus des cartes, livres de cuisine, scientifique (mais qui reste rigolo) et j'en passe.
Vous avez de quoi faire, consultez peut être les forums de fans ou bien simplement wikipedia pour savoir par quelle histoire ou héros commencer et plongez dans le Disque-monde!
D'autres aventures viendront bientôt malgré les problèmes de santé de Pratchett.

lundi 23 novembre 2009

Ronron.


J'ai lu que les rêves ne durent que deux secondes... Étonnant, non?
Il n'y a pas si longtemps, durant une nuit assez agité (stress, fiesta méridionale dans le salon...) je me souviens avoir eu plusieurs rêves entre deux réveils, alors que pendant ce temps là ça chantait l'huile d'olive dans le salon. Mais après avoir eu vent des horaires de cette petite sauterie, je me suis rendu compte qu'elle n'avait même pas duré deux heures; pourtant j'avais eu 4 ou 5 rêves durant cette période.
Mais ces rêves, pour ce que je m'en souviens, semblait durer 20 minutes chacun.
Les rêves deviennent encore plus beau: en un éclair on passe 20 minutes dans autre monde onirique mais si familier.
Cela rappelle un peu la légende disant que l'on voit défiler sa vie au moment de mourir; et cela justifie les intrigues de films où le héros a, en fait, rêvé les 3/4 de l'histoire.
Et faut-il vraiment dire que c'est une preuve de plus que dormir est un des moments de la journée!
Alors amis dormeurs, rêveurs et en quête de bien être: Dormez!
La révolution du polochon est en marche! Vautrons-nous dans les couettes et duvets!

Au large


Facebook évite de tuer des chatsA Mignières on achève bien les chats!
La bourguade c'est un peu Sleepy Hollow:
Il y aun corps de ferme sans tête qui terrorise la région
Et surtout une légendaire Punto.
A son bord, un monstre qui tue avec des boules de pétanques.
Il conduit son tank comme on poke sur Facebook
Il fait peur aux petits enfants de Fontenay-sur-Eure à Marrakech et son souk.
Prenez peur, braves gens!
Si dans le lointain, vous apercevez entre chien et loup
Une voiture avec deux dés de moumoute de mauvais goût
Fuyez, sinon vous ne vivrez plus très longtemps.

Coté jardin

Aujourd'hui, un homme est rentré dans la classe:
Encagoulé et armé, il a calmement demandé
Qu"un seul élève se lève et quitte sa place
Pour qu'à l'extérieur il soit éxécuté.
Une vie demandée pour en sauver une trentaine.
Tout le monde avait peur, moi seul me suis levé,
Avec calme, empathie et serénité.
J'espère que cela ne provoquera pas trop de peine;
Tout allait à peu près dans ma vie journalière
A part, peut être, une continuelle lassitude.
J'ai passé mon temps à vouloir plaire
Mais je n'ai toujours ressenti que de la solitude.
A présent je suis dans le couloir,
L'homme me demande gentillement de me tourner
Et que mon courage sera admiré.
Je crois qu'il est temps de se dire "au revoir".

Previously on Battlestar GalacticaOh le beau petit laideron!
Un être qui a le pouvoir de donner des infarctus aux pigeons.
Elle est là, la petite grosse appelée La Taupe!
Elle ne creuse plus avec ses mains depuis longtemps
Car avec son piège à loups, c'est plus partique avec ses dents.
D'ailleurs son tracto-pelle dentaire ne la gène pas pour dire des conneries
Avec ses copines, toutes attachées culturelles en laideronerie.
En tous les cas, si vous connaissez un psychopathe ou Emile Louis
N'hésitez à les mettre en relation
Comme ça au moins un finira en prison
Et le deuxième quelque part dans un buisson.

The Art of Manliness


Dans notre époque contemporaine qu'est-ce qu'être homme? Une question sans intérêt surtout quand on est un jeune rigolo comme moi qui aime bien sortir n'importe quoi!
Alors qu'est-ce qu'aiment les hommes ou qu'est-ce qui les représente:
-l'alcool: le vrai! du whisky et de la bière!
-les explosions: du bruit de la fureur, tout ce qui rappelle la guerre et le fait d'exprimer sa supériorité.
-les filles dénudées: ça excite les hormones (entre autre) et puis avoir une bombe comme femme affirme sa supériorité en tant que mâle dominant. Une preuve? Internet!
-les armes: ah la guerre et la violence, une histoire d'hommes! "Mon coté animal décuplé".
-le sport: enfin des vrais: foot: des gens qui tombent sur de l'herbe et pleurent pendant 5 minutes; la formule 1: du bruit et de l'huile; le rugby: ça rappelle les bastons de primaire etc.
-des jobs d'hommes: tenancier de bars, métalurgiste, pompier, militaire, gigolo, tueur en série etc.
-des représentations de sexes masculins: laissez papier/crayons, ou bien n'importe quoi permettant de dessiner, devant des hommes et vous verrez le résultat noir sur blanc!
-les voitures: une grosse métaphore de la masculinité avec un gros pot d'échappement qui crache.
-préservatifs masculins (oui, c'est mieux).
-beugler: mais uniquement à cause de l'alcool, du sport ou pour insulter car sinon vous êtes vous êtes une femme; en effet beaucoup d'hommes de cette trempe les qualifient d'hystériques.
-la chasse: des armes, du sang, de l'alcool et retour à l'homme le vrai, le préhistorique. En plus on sort le dimanche avec les potes plutôt que de rester avec femmes, enfants et belle-famille.
-la pêche: c'est comme la chasse mais pour les fainéants, ceux qui veulent attendre en sirotant des bières et les mêmes raisons que ci-dessus.
-les traditions: femmes aux foyers, "je suis l'unique pilierde cette maison", "quoi je ne peux plus sortir tranquile avec mes copains?!", "mais non c'est encore propre regarde il n'y a pas de trace"

dimanche 22 novembre 2009

Let the bells ring 'till the end of the night!



Il arrive souvent d'entendre des amies, des proches, de la famille ou bien des bécasses devant une vitrine dire: "Oh, cette robe de mariée est trop belle, il faut que je me l'achète!"
Mais quasiment à chaque fois, cette jeune fille (enfin j'espère pour elle) n'est pas en voie de se marier, voir est toujours célibataire.
Nous les hommes (oui, j'en fait partie donc je dis nous, aucun rapport avec Gillette), que l'on soit romantique, macho ou bien fan de tecktonik nous sommes plus dans le jour en lui-même: les amis, la musique, la famille etc. Enfin tout ça pour dire qu'un costume de mariage pour hommes est quelque chose d'assez banal. Bien sur c'est important mais nous restons dans le carcan de nos aïeux: le bon temps où le plus beau costume (généralement celui du dimanche et de toutes les grandes cérémonies de la vie) faisait l'affaire au sein du village.
C'est autre chose pour les femmes, c'est même tout le contraire; imaginez donc si elles veulent une robe de mariée façon costume de scène de Diams (en forme de parachute donc)!
Le mariage se fait à deux (encore heureux!) donc toute cette journée se fait à deux, que ce soit les détails, les invitations ou bien les robes et costumes (enfin pour ce dernier exemple, imaginons un marié geek qui annonce à sa future femme: "Je vais avoir un costume avec des images de Super Mario dessus"....).
D'ailleurs si vous lisez cet article (http://laptoplogic.com/resources/geekiest-wedding-proposals) vous allez voir que rien que la forme est assez importante. Il y a ceux qui font cela au restaurant avec bague sous la serviette, entre roses rouges et violons, d'autres qui font leurs demandes sur les abris bus et d'autres où on n'ose même pas imaginer ce qu'ils pourraient faire.
Bref, le mariage c'est la journée d'une vie, celle où on peut tout oublier avec tous ses amis et famille et surtout la personne avec qui l'on pense/veut partager sa vie (oui, ça fait un peu flanflan les barbapapas, mais reconnaissez que c'est tout de même cela).
Alors on peut bien choisir à l'avance quelque chose, le tout est de ne pas se focaliser dessus et de ne pas oublier que arrivé le moment venu, ça ne sera peut être pas comme dans vos rêves mais que cela restera quand même un moment unique.
(merci aux bisounours pour l'élaboration de cet article)

Conte: Le mauvais tour du dieu renard


Il existe une histoire oubliée depuis des lustres, dont seuls quelques vieilles personnes isolées se souviennent durant les longues soirées d'hiver au coin du feu.
Les âmes des morts passent par une grande et sombre forêt avant de rentrer dans un immense labyrinthe souterrain. Pour les guider à travers ce dédale de couloirs et de chemin, il y a Agator, la messagère des mondes, qui sous forme de pie leurs indique le bon chemin.
Mais un jour, la pie fut très affairée par l'arrivée de milliers d'âmes venant d'une terrible bataille.
Profitant de l'inattention de la pie, Abamon le renard se faufila dans les souterrains.
Au détour d'une galerie il trouva l'âme triste d'une jeune fille qui se cachait. La jeune fille était morte prématurément et désirait retourner auprès de son aimé, qui comme elle pleurait toutes les larmes de son corps.
Abamon lui dit qu'il fallait qu'elle continue son chemin pour reposer en paix, et que tant qu'elle ne le serait pas son compagnon continuerai d'errer dans un état qui ne sied pas aux vivants.
La jeune fille finit par se laisser convaincre et se mit en marche. Mais Abamon lui avait indiqué un mauvais chemin et l'âme de la jeune fille se retrouva enfermé dans le corps d'un des petits chats de son compagnon. Et le renard ne s'arrêta pas là, il indiqua ce chemin à toutes les âmes en peines qui s'étaient isolées ou qui cherchaient à échapper à leurs destins.
Lorsque Agator revint et vit cela, elle entra dans une grande colère qui fit fuir le renard en un rien de temps. Comme beaucoup trop d'âmes avaient pris ce mauvais chemin, elle montre désormais ce chemin aux âmes en peine systématiquement pour que toutes aient la chance de pouvoir rester un peu plus avec leurs aimés.
Ainsi, depuis cet événement, les âmes des personnes aimées se réincarnent en chats et restent auprès de la personne vivante. Les deux veillent ainsi l'un sur l'autre en attendant de revoir Agator qui leur indiquera cette fois le bon chemin.

M. Sheup Sheup (1 part)

M. Sheup Sheup est un vieux héros que je viens de retrouvé dans les tréfonds de mes anciennes pages web. Je vais essayer de lui réécrire quelques histoires, ou au moins les retravailler. Voici donc la dernière en date (2006?) retravaillée.

Mr Sheup Sheup faisait ses petites courses, tout innocemment, à son Attac préféré. En cette journée ensoleillée Mr Sheup Sheup était prêt à faire chauffer sa carte bleue: Nutella, pâtes fraîches, salades, rosé ainsi que confiture de moustiques Nantais Bonne Maman ,étendeur à linge et système balai,balayette.
Alors que notre héros tentait de faire rentrer tout ses achats dans le coffre de sa petite voiture grenat, il vit Jésus assis sur les petits parpaings qui délimitent la voie pour rentrer et sortir les chariots. Jésus mangeait une glace italienne, portait un T-shirt "Elections =piège à cons" et se grattait régulièrement le bas du dos pour ne pas dire autre chose. Mais cela ne surprenait nullement Mr Sheup Sheup qui lui même c'était fait pousser les cheveux en écoutant "Début de soirée" lors de sa folle jeunesse.
Mais Jésus étant pas mal barbu, un peu comme le Capitaine Haddock (les effluves de Whisky en moins, celles de pastis en plus..), notre pauvre messie avait bien du mal a manger sa glace proprement.
C'est en n'écoutant que son courage et sa bonté d'âme que Mr Sheup Sheup alla vers ce bon vieux hippie messianique pour lui proposer ses services et sauver sa barbe de tout ces colorants industriels et autres armadas de sucres.
Jésus accepta bien volontiers car il avait beau être ressuscité sa barbe était trop volumineuse pour que ses deux bras et ses deux jambes lui suffisent à éloigner son saint pelage du sucre lacté et glacé.
Grâce a l'aide de Mr Sheup Sheup Jésus put manger sa glace sans s'en mettre partout: pendant que d'une main Jésus tenait sa glace ,notre héros retenait la horde de poils hirsutes qui ne demandaient qu'a fondre sur la glace.
Mais voila une fois la glace correctement ingérée, une bonne partie de la barbe de Jésus n'était plus que sucres, couleurs bariolées et additifs. Les poils, qui doivent avoir leurs racines très profondément, s'étaient nourris du sucre lors de son ingestion.
Prétextant une attaque de moustiques mutants,Mr Sheup Sheup prit Jésus par force comme un huissier psychopathe et l'emmena vers la rivière toute proche. Une partie de ces éléments partirent au contact de l'eau mais cela ne suffisait pas. Alors Mr Sheup Sheup sortit la grosse artillerie de sa poche il sortit une vieille lampe à huile et en la frottant fit apparaître le Génie sans bouillir, qui rapetissa pour se mettre au même niveau que les tâches.
Mais au bout d'une heure de sanglante bataille Génie sans bouillir dû faire appel à un ami du Bois de Boulogne, le nouvel Omo.
Enfin quelques minutes plus tard les saletés furent vaincues.
Mais Mr Sheup Sheup se rendit compte qu'il avait laissé sa voiture ouverte. Ayant peur pour sa boite de confiture de moustiques mutants Nantais, il couru vers le parking ,abandonnant Jésus dans la rivière entre 3 algues, 2 pneus, 1 scout mort et 6 canettes de bières..
C'est ainsi que Monsieur Sheup Sheup sauva la barbe sanctifiée de Jésus.
Bonne nuit les petits, maintenant vous pouvez fermer vos petits yeux noisettes et attention aux moustiques !!!!!

samedi 21 novembre 2009

Squiteré, squitera squik squik.


Ah le Pérou...
Pays aux milles légendes: les Incas, l'or, le temple du soleil, le lac Titicaca, Kronk etc. Depuis quelques jours le trafic de graisse humaine s'ajoute à toutes ces merveilles si typiques.
Un "gang" de vilains péruviens ont été arrêté avec 17 litres de cette fameuse graisse d'origine humaine. Il y a eu 60 disparitions, un membre de 56 ans disant qu'il fait cela depuis qu'il a 20 ans et encore d'autres petits détails croustillants comme un papy rachitique mangeant ses krisprolls. Mais là où c'est beau c'est que cette histoire se relève merveilleuse (au sens conte de fées du terme)! Et en plus, cela rappelle Fight Club!
Imaginez le tableau: des dizaines de disparitions et personnes ne s'en souciait vraiment. Un pays montagneux avec des régions qui rappellent le Larzac au moyen-âge. Le tout couronné par la présence de narco-trafiquants.
Un seul cadavre retrouvé fut retrouvé: cela rappelle les histoires de mafieux ou bien des faits divers comme l'auberge rouge.
A propos de mafieux, ils ont des liens avec des italiens qui rachetaient la graisse à prix d'or. En plus, cette sombre affaire fait partie d'un commerce lucratif et international.
Graisse qui est racheté ensuite par l'industrie pharmaceutique et cosmétique. On exploite déjà sans scrupules ces pays en voie de développement mais maintenant on les tue littéralement pour notre confort. Il est vrai que on a déjà bien exterminé les baleines pour tous ces produits donc il faut bien quelqu'un pour les remplacer à bas coût.
Mais surtout l'histoire du Pishtaco est fascinante. Ce croque-mitaine péruvien qui égorge et démembre les voyageurs isolés qui prend forme avec cette histoire.
Pour le moment, je trouve que cela reste l'information la plus importante de ces derniers mois.

vendredi 20 novembre 2009

Pour la route!


The Lurker on the Threshold.
Les rues étroites se tapissent de fleurs
Et la vie devient un tombeau vaste et froid.
Les arbres se sont tus pour plusieurs mois
Et tu n'es pas là pour réchauffer mon coeur.
A la lueur lugubre d'une chandelle
J'attends, alors que la lune passe sans mot dire.
Quand viendras-tu Cybèle, ma douce Cybèle?
Malgré le temps j'entends toujours ton rire;
Ton visage si délicat, comme proue de mon de mon navire
Désormais repose en un rictus figé
Si loin de mon âme désolée.

Dans les cartons


Demandé en caisse 5 (2006/2007)
On va enfin discuter bout de gras avec des femmes éponymes
Car aujourd'hui je suis vendeur de Nutella.
Avec mes collègues on a prévu d'en gaver deux, trois
Et le plus drole c'est que l'on mettra tout ça sur film.
Alors attention, les grosses de Monoprix
Car il n'y aura personne pour sauver Willy!

Le faiseur d'anges (2002/2003)
Chérie, s'il te plaît!
Je ne l'ai pas fait exprès...
Allez, sois pas vache?!
La contraception je te la fait à la hache.

Services Non-Conformes Merguezement (dec. 2005)
Un jour, j'ai voulu prendre le bateau
Direction: fromages de chèvres et île de beauté;
Tout ça à une heure des docks marseillais.
Mais j'ai pas eu de pot.
Je suis resté, comme une merde, dans ma putain de bagnole
Car de gros dockers bouffaient à tire larigot leurs merguez.
Résultat: je me suis retrouvé comme un glandu, tout seul
Pendant que d'autres s'éclataient la rondelle en faisant grève.
La prochaine fois je prendrai l'avion
Mais je risque de ne pas passer le porche de l'aéroport
Car dans le corps j'ai des tas de boulons
Ainsi, je resterai chez moi pour gueuler du hardcore!

Je souris et je suis vert. (2005/2006)
Je suis un vilain petit canard
Mais tu ne peux pas le voir
Car autour de mon sourire
Tout n'est que cagoule en cuir.

jeudi 19 novembre 2009

M'as-tu vu en cadavre?


Depuis quelques jours la guerre est déclarée entre Ségolène Royal et Vincent Peillon.
Au moins cela règle une question que tout le monde se posait: Quand Ségolène va-t'elle prendre sa retraite et se taire?
Et bien elle s'en rapproche dangereusement. Sans rentrer dans les luttes internes, regardons ça d'un oeil distrait.
Dans cette guerre, Peillon a plus de chances d'être vainqueur: il a peu de casseroles derrière lui, il a l'image de quelqu'un qui construit, qui avance (notamment avec le NPS) et il reste un personnage encore assez peu connu du grand public.
Ségolène, c'est le contraire: elle accumule les bourde depuis quelques années. De plus, elle essaye d'être partout au risque d'être ridicule ("je m'excuse pour la France et surtout pour Sarkozy...Elle a profité de cette guerre avec Peillon pour en remettre une couche, lors d'un interview, sur les dernières élections du premier secrétaire.). Et puis surtout elle a une image désastreuse. Elle est un peu comme un gourou: seuls ces fidèles croient en elle comme à un dieu alors que pour tous les autres voient ce qu'il en est. Son image est celle de la guerre civile au sein du PS et celle de la mauvaise perdante, de la dissension à outrance plutôt que la concorde salutaire pour le groupe.
Bref, ils se tapent et se défendent mais si cela continue Ségolène partira vite-fait. Elle finira bien par gaffer comme d'habitude, si ça dure longtemps tout le monde lui demandera de partir (vu que déjà tout le monde en a marre de la voir à tous bouts de champs) et de base elle part avec un désavantage, surtout qu'apparemment c'est elle qui a déclaré les hostilités.
Bref à très vite pour suivre les aventures du merveilleux Cirque Socialiste, un grand divertissement pour petits et grands!

mardi 17 novembre 2009

To make you humble!


Alors que beaucoup, tout du moins quelques uns, attendent le retour de Edge sur le ring, nous allons regarder un peu ce qu'est le catch!
Le catch est fait pour plaire à tous: il y a du catch féminin pour les pervers. Car oui, les filles (plus ou moins musclées) sont souvent là pour finir en sous-vêtements et se battre dans des positions que même Barakesh Obama Soutra (l'auteur du kama, d'après mes sources) en rougirait.
- Aux hommes, les vrais les tatoués, car cela reste quand même de la bonne baston transpirant de la testostérone tel Rocco S. tournant pendant une canicule
- Aux hommes qui préfèrent les hommes (vrai ou faux et tatoués ou non); avec tous ces corps huilés, ces muscles huilés, cette testostérone qui coagule en huile, ces corps qui se frottent et s'entrechoquent, ces positions de soumission...
- Aux culturistes: en tant qu'homosexuels refoulés ils seront aux anges pour toutes les raisons citées ci-dessus.
- Aux femmes: pour le coté mecs huilés et musclés mais cela reste pour celles qui aiment ce type d'hommes, et bien sur encore moins aimeront les combats en eux-mêmes.
- Aux fans de grande saga et soap opéra: rivalités, histoire d'amour, jalousie, histoires de famille et d'argent , problèmes de drogue, le tout avec des acteurs qui ne seront jamais plus mauvais que ceux de Sous le soleil.
- Aux fans de cinéma d'action: car il faut quand même savoir que le catch est grand spectacle live. En plus de l'action en elle-même les match sont scénarisés de A à Z et les catcheurs eux-mêmes sont des acteurs/cascadeurs en un certain sens. Il y a des prises risquées et impressionnantes, de la pyrotechnie, de la grosse musique et des match spéciaux (type Hell in a cell, Tag team etc).
- Aux petits et grands: le catch était présent dans toutes les fêtes de villages avant l'avènement de la TV (et donc du catch professionnel); les plus vieux s'en souviendront, les moins vieux peuvent toujours suivre des catcheurs déjà présents 20 ans avant et les plus jeunes en découvrent de nouveaux, souvent dans des rôles taillés sur mesure pour ce public.
Et enfin il peut plaire à un groupe d'amis qui souhaitent passer une bonne soirée entre eux avec de l'alcool et à manger dans un endroit où ils puissent s'exprimer oralement de manière assez forte!

lundi 16 novembre 2009

Mardi après-midi


Entracte
Et c'est parti pour deux heures de bel canto!
Dans une belle cave à la décoration discrète
Chantons la didactique et le tout sans trémolo!
Prestissimo, ce cours devient le Hollandais volant en pleine tempête.
La coda dure maintenant depuis plus d'un mois
Nous sommes d'accord qu'elle n'est pas tonique.
Et nous nous accordons pour dire que l'ennui donne le la
Dans cet opéra aux sujets peu classiques.
Au moins être au poulailler ne dérange pas
Car les portes de la salle sont à deux pas.

mardi 10 novembre 2009

JCVD


Les véritables sentiments ne prennent forme qu'avec le temps. Le reste n'est que de l'impulsion ou une simple illusion.
Tout comme la sagesse vient avec l'âge et la grippe avec les cochons, les sentiments doivent vieillir. D'ailleurs ils sont comme le vin: je parle là des sentiments que l'on garde en cave, pas de ceux avec lesquels on se saoule pour une soirée. Et rien ne vaut un bon dîner avec un bon vin.
On sait vraiment qui sont ses proches ou si on aime son boulot après un certain temps. D'ailleurs on le sait quand la question ne se pose pas. Se pose-t'on la question oedipienne:"est-ce que j'aime mes parents", ou bien "Tiens mon ami X. m'a demandé un gros service est-ce que je vais l'aider?" Les amis, amoureux, parents, enfants n'ont pas besoin de se dire "je t'aime" ou "je te déteste" à tous bouts de champs. C'est quelque chose qui passe par plein de choses différentes, déjà de une. Et surtout comme se sont des personnes proches, donc que l'on voit souvent, ça serait un peu lassant de lancer ça comme un dit "bonjour" ou comme la SNCF/RATP décide de faire grève.
Bien sur il y a plusieurs niveaux pour un même sentiment, bien sur cela n'exclue pas la passion, mais les sentiments à ce stade deviennent une partie de la personne tout comme le sont les parents et les amis de toujours. Un peu comme un tatouage (mais qui fait moins mal au début): au début c'est la fiesta d'avoir un peu d'encre sous la peau (les sentiments ont les a dans la peau!) et après il devient partie intégrante du corps quand on va à la plage (ce qui n'empêche de l'admirer souvent dans le miroir à la sortie de la douche!)
En gros, ce post est plutôt niais et ne sert pas à grand chose mais il faut avouer qu'avec un blog saveur WC il faut bien ça! Notez qu'il partait d'une bonne intention.

lundi 9 novembre 2009

Conte: La princesse à la rose (chapitre 2)


Quand le prince se réveilla, nulle trace de la neige, du froid et de la fatigue. Il se trouvait sur un lit disposé dans une grande chambre richement décorée. Un homme entra après quelques minutes et ce présenta comme étant le prince du royaume des montagnes. Il le sauva de la mort qui l'attendait mais il lui demanda d'être son hôte jusqu'à la fin de sa vie en contrepartie.
Étonné le prince lui en demanda les raisons.
Il y a de ça plusieurs centaines d'années, un royaume prospère et heureux s'étendait de la plaine à toute la chaîne de montagne. Un jour le jeune héritier du trône épousa une mystérieuse femme venant d'une contrée au-delà des mers. La jeune princesse se révéla être une sorcière avide de pouvoir et de beauté éternelle. Elle tua la famille royale et soumis tous les habitants du royaume à l'esclavage pour trouver le secret de l'éternité. Des habitants percèrent ce secret mais ils ne voulaient en aucun cas le laisser à la sorcière et partirent se cacher dans la montagne. Ainsi ils fondèrent le royaume caché de la montagne, et avec le secret de l'immortalité chaque être humain était a donc le droit à la vie éternelle en ce royaume. Pour ce protéger de la fureur de la princesse ils durent créer cette tempête de neige et tout ces monstres qui protègent la fleur car elle est la seule concession qu'ils durent faire pour tout cela.
Ainsi le prince devait rester pour sa propre sécurité et celle du royaume enfoui. Mais il n'était pas prêt à rester là jusqu'à la fin des temps. Ainsi il parti du royaume durant une nuit et ressorti dans la tempête. Il revint sain et sauf en son royaume et gouverna pendant plusieurs décennies au coté de la fille du roi de la montagne, qui avait renoncé à son immortalité pour lui, sans craindre la sorcière. Car avant de partir le prince prit soin d'ensevelir la ville de la vallée sous une terrible avalanche avec son cor, libérant ainsi tout le royaume du joug de la princesse.

jeudi 29 octobre 2009

Conte: La princesse à la rose (chapitre 1)


Il y a fort longtemps, un prince fut chargé par son père de parcourir le monde afin de parfaire son éducation et si possible de trouver une princesse à marier. Il partit avec pour seuls bagages une large bourse d'or, un cor et son épée.
Un jour qu'il se trouvait dans une région lointaine, il entendit dire que la princesse du royaume ne trouvait toujours pas de mari. Le prince se rendit donc au palais pour y rencontrer la princesse.
Elle était belle comme le jour, le prince tomba tout de suite amoureux d'elle, mais alors qu'il lui fit part de ses sentiments et lui répondit:
"Je n'épouserai que le prince qui me rapportera la fleur des pics enneigés."
Rien ne fit changer la princesse d'avis, pas même les supplications des gens de sa cour.
Le prince appris que cette fleur unique se trouvait au sommet de le haute chaîne de montagne qui se trouvait au nord de la ville. Des dizaines de princes ont essayé mais d'aucun n'en est revenu. Mais le prince qui demandait plus de détails ne put en savoir plus devant un mutisme général. Ces montagnes n'abritent que des monstres et une tempête de neige perpétuelle à ses plus hauts sommets; mais malgré tout cela le prince partit dès le lendemain matin pour gravir la montagne.
Après 9 jours le prince arriva au sommet de la plus haute montagne,exténué par l'ascension au milieu d'une éternelle tempête de neige et des hordes de monstres. Fatigué et blessé il s'écroula seulement à quelques dizaines de mètres de la fleur.

Des gamelles, des bidons!



Un procès va être bientôt intenté à des officiers de l'armée française par deux familles de soldats tombés en Afghanistan pour "mise en danger délibérée de la vie d'autrui".
Ba oui, ce terme "mise en danger" défini bien l'armée. Il faut bien dire que ces deux familles malgré leurs douleurs sont quand même un peu cons. Mais n'y-a-t'il pas quelque chose de plus profond dans cette histoire?
La vision moderne de la guerre que nous donne les médias est fausse. Plus de morts, une violence de cinéma avec explosions lointaines et du bruit en dolby surround dans ton salon (bref du Transformers au 20H). L'armée elle-même nous propose la guerre dans un beau papier cadeau bisounours pour rameuter des candidats: L'armée c'est l'aventure, on te donne du boulot, tu vas t'amuser comme sur consoles, tu vas voyager, pour les hommes les vrais!
Et bien non, la guerre, c'est sale et moche. On veut nous éviter la vision de la mort, vision disparue et taboue de notre société mais sans elle nous vivons dans un monde faussé.
Dans cette affaire il est question de "série de manquements dans le commandement" qui aurait préférer rester dans "les salons de Kaboul avec petits fours" plutôt que d'être sur le terrain... Ba oui ça aussi c'est l'armée et la guerre...
Du coup un fait divers bien débile où des attardés découvrent que l'on peut mourir à la guerre et que les grands chefs ne sont pas en première ligne sabre au clair.

Après avis d'expulsion


Baby Mozart

Pour Brandon-Franz^^

Il ne faut pas croire que les cigognes viennent d'Alsace,
Elles y demeurent la plupart du temps seulement.
En fait elles viennent de Chartres, ambassade de Dieu depuis la nuit des temps
Mais dernièrement d'étranges choses se passent:
Une cigogne , sentant un peu le Lachryma Christi,
Est venue se poser en Touraine et y a laissé un petit.
Je ne sais si Didier Gustin sera ton parrain
Mais tu auras une destruction atomique massive dans le sang, c'est certains!
Il sera choyé par une maman enfin libérée,
Un papa kouglof qui passera un peu moins son temps à geeker
Mais aussi par les chevaliers de l'ordre de la divine cathédrale.
Car ce monument étant le palais de Dieu sur Terre
Ils se doivent d'éduquer, à tout moment, familles entières.
Et ne croyez pas y échapper de par vos capacités cognitives abyssales;
Pensez que votre bonheur sera mille fois plus grand
Une fois que votre amour envers la cathédrale sera ardent.

mercredi 28 octobre 2009

je zappe et je matte.

La nuit du zapping... Un bon moment quand y est présent mais si on se penche un peu plus près les visages se crispent.
De base c'est une très bonne idée: rigoler un bon coup tous ensemble, revenir sur les faits marquants de l'actualité et le tout contre le sida.
Le gros problème c'est que une millionième vision de "la mer noire" à questions pour un champion et autres habitués des bêtisiers de Noël, cela ne fait plus rire beaucoup de monde. Bien sur lorsque je dis beaucoup de monde cela ne s'applique pas aux geeks et à la génération post-moderne. Ceux qui ne comprennent pas que leur modernité rime avec recycler, voir copier. Et le plus gros du public était constitué de geeks. En même temps payer pour aller voir 6 heures de bêtisier (déjà vu mille fois) sur un écran géant, il faut un peu être comme ça.
Mais plus que ça, cela devait être très "hype" ou bien "up to date" d'être à cette soirée télé car la population de Bercy ce soir-là était plutôt "bobo" [le "bobo" se différencie du geek par le fait qu'il est politisé, des idées de gauche avec des moyens de droite (le geek est apolitique), et qu'il s'intéresse à ce qui est geek parce que c'est cool in ze wind (Wii, produits mac...)]. Aucun des commentaires ou paroles de Sarkozy, Bush etc. ne purent être audibles avec les éructations de la foule. Une foule qui a chaudement applaudi les 4 extraits de la coupe du monde de foot 98 mais qui n'a pas remarqué l'absence d'extraits des suivantes.
Et oui, le peuple reste ce qu'il est, geek ou pas geek. Il faut se dire que dedans se trouvent des gens intelligents et sympathiques.
Et puis surtout nous avons passé une bonne soirée et voila ce qu'il faut en retenir.

mercredi 21 octobre 2009

Casse-pipe à la Natmoche!


Mais quelle est cette mode des bottes de lutins?! Mais si, vous voyez très bien de quoi je parle! Ces espèces de bottes de 7 lieues en imitation cuir Beowulf qui sont très lâches à partir de le cheville.
Personne ne sait vraiment, à vrai dire... Avant la mode était aux bottes de ski imitation peau de chat. Non mais c'est vrai, quel être humain normalement constitué (physiquement et mentalement) a eu l'idée de faire porter à des milliers de femmes des bottines moyen-âgeuses.
Encore un coup des geeks du Seigneur des Anneaux!
Ou bien des gothiques fans de vikings ("Gothgoth Vik" dans le milieu^^).
Encore un mystère de plus de Paris aux Bermudes, mais un jour les masques tomberont.
(Heniach nin?)

Conte du couchant (chapitre 2) (a retravailler)


Le jeune homme rentra à la ville, le bras ensanglanté, suivit du petit chat qui ne le quittait pas. Le lendemain matin il trouva sur son lit, à la place du chat, une femme alanguie.
Le jeune homme tomba immédiatement amoureux de cette inconnue; il n'avait jamais vu une femme aussi belle. Il resta subjugué jusqu'à son réveil, l'examinant avec tendresse. Mais sa surprise fut totale quand elle lui dit que le petit chat qu'il avait libéré et elle ne faisait qu'un. Elle était une nymphe des bois qu'une mauvaise fée avait capturé par jalousie et méchanceté. Le jeune homme l'avait libérée en tuant cette dernière mais en tant que dryade elle devait passer la moitié du temps sous la forme d'un chat si elle n'était pas dans son élément.
Ainsi un mois passa sans que rien ne vienne troubler leur bonheur.
Mais après que les blessures du jeune homme furent guéries, il se rendit compte qu'elles avaient profondément affecté son bras et qu'il ne pouvait plus exercer pleinement son art. Supporté par l'amour de la nymphe sa peine ne dura que peu de temps et il se mit en quête d'un autre travail.
Les mois passèrent et aucun travail ne vint au jeune homme; sa santé dépérit rapidement par manque d'argent pour la nourriture et le chauffage. La dryade essayait bien de l'aider mais que pouvait-elle faire sous sa forme de chat à part le réconforter et elle même n'avait pas de réels besoins terrestres.
Devant le jeune homme qui allait de plus en plus mal, la nymphe sacrifia une partie de ses pouvoirs et le transforma en chat pour qu'il puisse vivre.
Depuis cette époque les chats inspirent et veillent sur les artistes, et l'on raconte que si les chats sont si indépendants c'est parce que secrètement ils rejoignent le jeune homme et la nymphe, dont ils sont les enfants, dans leur palais.

mardi 20 octobre 2009

PAP Ymami


Très chère petite madame,
Je vous remercie beaucoup pour votre proposition de logement, je vous remercie également pour l'intérêt que vous m'avez porté.
Mais je vous en prie ne m'envoyez plus de sous-vêtements; c'est très gentil de votre part mais je dois faire croire à ma copine que je lui ai offert un abonnement spécial occasion chez Etam. D'ailleurs si vous pouviez me donner le nom de votre magasin cela m'aiderait car les gaines et autres produits pour dame de votre âge ne se trouvent pas vraiment à ce magasin-là et surtout je vous conseille de revoir votre lessive aux vues de toutes les tâches etc. dont ils étaient recouverts.
Finalement je trouverai un autre appartement que le vôtre, car vos moyens de paiement me semblait quelque peu douteux. Je ne doute pas de votre charme et de vos succès amoureux pendant les années folles mais malgré une famille de chasseurs je ne me suis jamais fait à la viande faisandée. De plus la texture de votre peau me rappelle beaucoup mes premiers vêtements repassés.
Donc pour être clair: Non, je ne vous la "mettrai pas dans le cul!" Non, je ne vous ferez pas jouir "jours et nuits comme une vilaine salope!" Et surtout, non je ne prendrai pas votre appartement contre "de simples petits services rendus à une pauvre vieille dame n'ayant que son chat et qui voudrait un peu plus!"
Je vous prierai de bien vouloir me laisser tranquille maintenant. Votre odeur, corporelle et buccale, n'a d'égale que celle de votre cousin Léon qui avec ses 14 ans de plus a bien voulu vous rendre service sur une botte de foin dans la grange de votre père lors du 14 Juillet 1919.
Bref vous êtes vieille, immonde, fripée, vous sentez l'animal mort (mais pas encore totalement desséché) et vos expressions dénotent une jeunesse (ou une vie) passée dans les boxons.
Ainsi je suis au regret, chère madame, de vous informer que la location de votre appartement ne m'intéresse plus.

lundi 19 octobre 2009

Conte du couchant (chapitre 1)

(Photo: détail du Rapt de Proserpine par Le Bernin)

Autrefois, vivait dans un pays lointain un jeune artiste. Il vivait pauvrement dans une petite chambre à l'ombre des grandes bâtisses et du château. Son art était sa seule distraction, il n'avait ni amis proches, ni famille. N'ayant que peu de commandes, il partait souvent au-delà des murailles de la ville pour un après-midi ou plusieurs jours afin de s'inspirer et d'oublier ses peines.
Un jour, lors d'une de ces ballades, le jeune homme s'arrêta au bord d'une rivière qui coulait paisiblement dans une profonde forêt. Au bout de quelques minutes, le jeune homme entendit comme une complainte. En remontant le long de la rivière il vit, à coté de ruines en pierres qui semblaient immémorielles, un petit chat attaché à un arbre par une grosse corde. Il miaulait d'une petite voix, ses grands yeux verts en amandes exprimaient à la fois la détresse et la douceur. Cette douceur enveloppa tout le visage du chat quand le jeune homme s'en approcha pour le libérer. La lourde et rugueuse corde n'avait pas altéré le velouteux pelage noir et blanc du petit animal bien qu'elle semblait avoir tressée par un géant.
Alors qu'il commençait à couper le lien un grognement se fit entendre et un gros chien noir comme la nuit et aux yeux rubis sortit des ruines.
Il se jeta sur le jeune homme qui ne put se protéger qu'avec un de ses bras. La bête mordait de plus en plus fort et bien que le chat essaya d'aider le jeune homme le combat ne se termina que lorsqu'il tua le chien d'un coup de couteau à la gorge.
(A suivre)

Vagues.


Je connais bien l'océan je suis né en Beauce.
Chartres est le dernier port dans cette étendue, comme une pointe du raz devant l'horizon, un avant-poste aux limites de l'immensité.
Au-delà, il n'y a rien: quelques îlots habités, des récifs éoliens et des vagues à perte de vue. Elles changent de couleur chaque semaine et d'une lieue à l'autre. Même sans un souffle de vent l'oscillation se voit doucement au gré de la course du quadrige.
Battue par les vents, Chartres tient bon face à l'austérité et à la rudesse de ses alentours, et son phare de pierre les illumine de nuit comme de jour.
Du haut des remparts, je rêve, face au monde qui s'étend à perte de vue, aux terres inconnues et luxuriantes. Tout un monde s'offre à moi au-delà des fortifications, un monde que ne peuvent avoir connu ou rêvé que les explorateurs de la Renaissance.
Un jour je me jetterai à corps perdu vers ce nouveau monde même si je n'en reviendrai pas; je partirai l'âme remplie d'espoir et d'audace et porterai toujours au coeur les souvenirs de ma cité fortifiée où seul l'infini répond à l'insolente beauté de la pierre.

vendredi 16 octobre 2009

Opticon.



Très cher petit Jean Sarkozy, je sais que ce n'est pas original mais je tiens à t'envoyer ce modeste mot.
En tant qu'admirateur de ton paternel (surtout de son oeuvre post-11 Septembre), je me permets de t'écrire pour te présenter mes félicitations quand à ton inscription pour l'élection de la présidence de l'EPAD. Tu es la preuve vivante, et tout en chevelure (enfin pendant longtemps), que à force de courage et de détermination on peut arriver à tout.
Après la brillante "affaire Martinon" te voila une fois de plus sur le devant de la scène, et tu as eu bien raison de déclarer que tu iras "jusqu'au bout".
Mais je pense qu'après avoir redoubler ta première année, ainsi que ta deuxième année de droit, tu devrait peut être te concentrer sur tes études et réussir à entrer en troisième année.
Mais il est vrai que tu pourras peut être plus tard te faire nommer quelque part en ayant seulement une première année.
Alors t'es bien gentil avec tes cheveux Rastignac et ton sourire de faux-cul mais pour le moment il va falloir prouver que tu peux faire quelque chose par toi-même.
Donc tu as plutôt intérêt à serrer les fesses car: les jeunes loups ne marchent pas quand ils arrivent avec leurs gros sabots; ton père n'étant pas un modèle sur le respect du fonctionnement de la république, tu en rajoute et donc toute la politique de ton géniteur inspirera encore moins confiance (dans son propre électorat), et puis surtout à force de brailler "la méritocratie" il va falloir balayer devant sa porte.
Déja beaucoup limitée par les origines sociales (cf Bourdieu), tu foules du pied ta méritocratie avec ton L1 de droit. D'ailleurs je préfère te prévenir que l'année prochaine tu n'auras plus de bourse car c'est 4 ans maximum pour avoir sa licence, mais peut être n'a tu pas besoin de bourse...

jeudi 15 octobre 2009

Automne


Quai de la Rapée

A la sortie d'un dédale de béton et de métal
Se tient, immuable, un petit bastion:
Personne ne monte, ni ne descend.

Quelques feuilles sont soulevées par la brise
Et semblent danser avec mes pensées:
Mon âme s'élève et mes peines s'apaisent.