jeudi 16 juillet 2009

Chartres, "Köln Concert part 2 c"

Elle s'élève au loin. On pourrait dire que cette grande masse dans le lointain écrase la planète, mais sa finesse et sa majestuosité la font paraitre légère comme une plume au-dessus de l'océan de blé.
Elle est le phare dans l'océan de la vacuité. Il faut affronter ce vide pour pouvoir l'approcher, ne serait-ce que quelques minutes.

Mais, de près, cette impression écrasante de puissance disparait comme un papillon au détour d'un massif fleuri. Ses lignes s'affinent, elle resplendit de milles petites beautées.
Son sein est une forêt mystérieuse où, dans la douce obscurité, se mêlent lumières, musiques et passé. Son sol et ses dalles usées ressemblent au tronc d'un vieux chêne, d'où partent des dizaines de solides branches s'élevant vers le ciel.
Un jour la cathédrale s'élèvera au-dessus des vieilles toitures et embrassera les nuages pour se perdre peu à peu au-delà de notre monde et au-delà du temps.
( photo ci-dessus par: http://www.urban-explorations.com/)

1 commentaire:

Luss-Luss a dit…

Magnifique, on devrait plus régulièrement rendre honneur à ce monument... Où suis-je la seule qui, ayant fréquenté Chartres, se balade en permanence avec des cartes postales de cette chère cathédrale sur moi ? Juste au cas où quelqu'un que je croiserais ne la connaîtrait pas.