mardi 29 mars 2011

Long mais bon!


M6, chaîne culturelle, nous a encore une fois gratifié d'une belle émission dont elle a le secret: Top Chef! Le dernier épisode vient de se terminer et honnêtement il y a de quoi dire pour un vilain méchant comme moi. Commençons par son présentateur, le charismatique Stéphane Rotenberg.
Il nous a encore une fois prouvé qu'il est à l'encéphalogramme ce que la Beauce est au paysage français.
Rotenberg, le bien nommé, nous a gratifié d'un "regard scrutateur"... Bien sûr cela ne veut rien dire vu le contexte. Cela écorche les oreilles, mais le mot existe: c'est une personne chargée de dépouiller les bulletins de vote. Bien évidemment, le pâle Rotenberg ne le sait pas et dans son innocence d'imbécile heureux il abat froidement la langue française, après avoir massacré l'image de l'intégrité et de l'intelligence humaine.
Un peu plus tard, le rustre réitère sa bêtise avec un bel "votre avis compte autant; dans la salle il y a 88 dégustants." Et encore: "elle est avec les degustants".... Il a déjà éviter de dire "degusteurs" et vu son QI c'est un exploit! Après, il ne connaît ni le terme 'degustateur' (qui d'ailleurs serait, là aussi incongru), ni le participe présent, ainsi il pense que ce terme fait chic. Mais sa connaissance grammaticale est au niveau de sa conception du travail de présentateur TV...
Mais qu'est-ce que Top Chef? Un mix entre la nouvelle star et un dîner presque parfait. Sauf que, pour une fois, la production a évité de nous faire marrer avec de gros nuls qui savent que mettre une bougie au milieu de la table ça fait classe et que les légumes se lavent avant de les cuisiner. Ainsi, on évite aussi les animations beaufs à la mords-moi-le-noeud.
Mais, si l'on n'a pas l'ambiance Johnny Hallyday/Damidot et les cotillons qui vont bien, M6 nous a quand même trié tout ça sur le volet:
- L'animatrice potiche, transparente comme une pub de dentifrice: Agathe Lecaron. Avec l'ami Rotenberg, le plateau se transforme en une assiette présentant une endive et un navet. A son palmarès, elle a eu le privilège de présenter le bêtisier de Noël 2010. Une émission qui énerve tout le monde chaque année avec en acolyte, un excité qui fait plus pour l'euthanasie que pour l'humour de banquets.
-La raclure orgueilleuse mais qui reste, de loin, le plus sympathique. Il faut toujours se méfier de la fourberie asiatique, surtout quand le serveur vous annonce que vous mangez du boeuf quand la viande aboie.
-La petite timide un peu paysanne. Un peu bêtasse, elle a été jusqu'en demi-finale avec son jeune âge telle une normande allant tranquillement aux pâturages, mais est partie aussi vite et discrètement qu'un Big Mac chez McDo.
-Un jeune homme qui ne ressemble à personne, ou peut être à un obscur acteur porno méridional. Pour les téléspectateurs, il est connu comme étant "le pote du chinois".
-Une mignonne stressée façon caniche enragé qui aime s'insulter. Elle avait tout pour gagner à part, peut être, une tête de cocker alimentée par des glandes lacrymales en mode auto-boost et des références à ses lardons qui pleuvent toutes les minutes.
-La fille mal dégrossie, sentant bon le cassoulet, qui chouine à chaque minute, laissant les larmes couler de ses yeux rantanplans le long de son visage, cadenassé par sa mâchoire de gardien de prison est-allemand. Elle a eu le bonheur de servir à des bobos des "pâtes bolognaises"... Pour cause de copyright, elle n'a pu mitonner un Bolino ou William Saurin.
-Et bien sûr, l'inénarrable Rotenberg dont nous avons déjà évoqué les points forts.

Notons que dans ce déluge de médiocrité, on a également pu admirer/subir de vilains bobos avec leurs cuisines bio, leurs grands appartements parisiens au style rétro et leurs conceptions de prof de gauche vivants dans un monde de droite. Ainsi, qu'un dîner pour les mauvais (le staff) et les idiots (les spectateurs) du Mama Mia, la mauvaise comédie musicale (pléonasme) sur Abba, où les gens portent des costumes que le bon goût devrait bannir et couinent en français sur des chansons initialement mauvaises et en anglais.
Merci la culture, merci la TV, merci M6!

PS: au moins le dégoulinant Cyril Lignac nous a prouvé qu'il savait faire autre chose que des oeufs au plat sur lit de salade.

3 commentaires:

Juliette a dit…

Ahhhh Top Chef, c'était biennnn.
Prochainement, Cauchemard en cuisine, avec un Gordon Ramsey version chauve et francais.

J'aurais bien vu Giuseppe en top chef tiens!

Nico a dit…

J'aime beaucoup "il est à l'encéphalogramme ce que la Beauce est au paysage français"!

Estelle a dit…

"un excité qui fait plus pour l'euthanasie que pour l'humour de banquets." :')

Quand M6 "sublime" ses émissions ou "revisite" Un dîner presque parfait ;)