mardi 14 avril 2009

893

J'ai déjà parlé de la mafia, il y a de cela quelques mois; si tu ne me crois pas tu peux aller voir plus bas. Enfin bref mes lectures et interets font que je reviens souvent sur ce sujet.
Pour quelqu'un qui écrit c'est un sujet merveilleux.
On y redéveloppe des sujets chevaleresques à base d'héroïsme, de fidélité à un groupe et de dépassement de soi. Les récits de héros marchent toujours, surtout chez les jeunes. Il n'y a qu'à voir Harry Potter.
De plus il faut monter une histoire dense où le twist final est fortement recommandé. Cette histoitre couvrira un champs très large. Politique, droit, armement, économie, géopolitique, sociologie, histoire etc.
En effet, une histoire mafieuse est intimement liée à la société. Elle est son reflet; bien sur le reflet d'une société mafieuse mais surtout le reflet d'une société subconsciente. Une société corrompue où tout du moins controlée en partie par des pouvoirs occultes. une société violente, une violence que l'on peut trouver n'importe où dans les rues et sans pitié. Le sexe est désomais sale et dégradant, plus lié à l'instinct animal qu'à un épanouissement. Dans le néo-polars même les valeurs d'honneur et de fidélité sont remis en cause: notre société n'a plus de place pour les valeurs.
Ecrire une histoire mafieuse s'est un peu réinventer notre société; essayer de la replacer sur un axe de valeurs tout en restant dans l'horreur et la saleté qui lui ait symbiotique.
C'est écrire sur notre société en y ajoutant fantasmes et valeurs.

1 commentaire:

marine a dit…

Halala les histoires de mafia, ya que ça de vrai!la vraie vie bien corrompue par l'argent et le sexe...mais avec une vraie valeur : la famille!
je vois bien Flo en Tony, toi en Paulie, Ben en Chritopher et Quentin, j'avoue, pk pas en uncle Junior...
ça va déchirer....
trêve de plaisanteries, j'aime beaucoup ce que tu écris!(sauf les parties où ton côté de macho en manque ressort un peu trop!lol)