vendredi 6 mars 2009

Promise

Qu'est donc devenue cette si belle licence vidéo-ludique, qu'était Silent Hill?
Le cinquième volet, Homecoming, vient de sortir...
L'histoire reste dans le canon de la série. La musique de Yamaoka reste toujours aussi prenante et magnifique.
Mais on a beau faire quelque chose cloche, et pas dans le bon sens du terme pour un Silent Hill.
Depuis l'opus précédent la Silent Team s'est séparée sur plusieurs projets, seul Yamaoka reste pour les musiques et la production. Mais d'ailleurs cela ne veut pas dire que ce soit forcément mauvais: Silent Hill 4 (The Room) était, même si il était le moins bon,un bon Silent Hill. Bien sur ilavait des défauts (surtout les aller-retours constants dans les mondes) mais restait de très bonne facture.
Bref ce cinquième épisode est sous-traité par un studio américain.
Alors est-ce cette origine proche d'Hollywood qui lui a conféré ses vilains défauts?
Tout d'abord, grace aux consoles next-gen, il tantôt beau, tantôt au niveau d'un jeux PS2.
Quasiment tout est pompé sur le film de Christophe Gans ("Silent Hill"), de l'histoire au design des monstres jusqu'aux level design; bref tout sauf le héro et la musique.
Et non content de profiter du succès du film, nos braves développeurs ont également bien pompé sur "Hostel".
Bref, il va falloir arreter le massacre les loulous!
Où est passé l'esprit de Silent Hill 2; qui reste un des jeux les plus intelligents et prenant toutes consoles confondues...

1 commentaire:

Zu a dit…

C le jeu vidéo de la maison Slangster...gnééé g peur...